Synagogue du Transite

L'édifice est en soi une synthèse des trois cultures et représentant de la traditionnel assimilation de l'architecture locale par les communautés juives. La structure est simple est obéit aux besoins basiques de sa vie spirituelle, avec la niche dans le mur sacré, hekal et la galerie des femmes

La Grande Salle des Prières est un salon du palais gothique, décoré avec de richissimes plâtreries propres de l'art islamique cordouan, dont le chevet présente un triple arc polylobé rembourré, pour garder les rouleaux sacrés. Elle est couverte d'un impressionnant plafond à caisson de «par et nudillo»

La complexe décoration combine des éléments végétaux, des inscriptions hébraïques et un blason répété du Roi Castillan. Aussi bien les plâtreries que la toiture, conservent en partie l'original polychromie médiéval. La lumière entre dans la salle tamisée par des jalousies de plâtre.

On doit sa fondation à Samuel Leví et au privilège spécial du roi Pedro I de Castille, reconnaissant du soutient des juifs tolédans dans les luttes fratricides contre les Trastamara, au milieu du XIVème siècle. Le trésor royal n'était pas encore tombé en disgrâce ce qui le mena à la mort dans la prison, ni le roi pensait qu'il mourrait assassiné par son demi-frère...

Les salles adjacentes et le patio remis en état, hébergent aujourd'hui des échantillons de l'ininterrompue présence juive en Espagne depuis les début de l'histoire, ainsi que des éléments de la culture sefardi, c'est-à-dire, des juifs espagnoles éparpillés de par le monde, après leur expulsion en 1492

Este sitio usa cookies de navegación, que recogen información genérica y anónima, siendo el objetivo último mejorar el funcionamiento de la web. Si continuas navegando, consideramos que aceptas el uso de cookies. Más información sobre las cookies y su uso en POLITICA DE COOKIES