Eglise de Santiago d'Arrabal

Cette église est considérée comme l'un des meilleur échantillon de l'art mudéjar de Tolède, avec ses murs de maçonnerie, ses tuiles de brique, les entrées encadrées avec des arcs en fer à cheval dans des arcs polylobés et la tour, dont le premier corps est sans aucun doute antérieur au reste, déjà du XIIIème siècle

Les doubles arcs aveugles de brique recouvrant les trois absides sont de plein ceintre, brisés et polylobés. A l'intérieur, dans le mur nord de la croisée du transept on observe de petits encadrés sur les rosaces avec la Main de Fatima.

La toiture est de bois avec des inscriptions en arabe. Pourtant, les arcs des hautes nefs sont brisés, au style gothique, de même que la voûte ogival de la croisée du transept

Le retable de l'abside central est un magnifique échantillon de la Renaissance, avec une décoration plateresque, ouvre de Francisco de Espinosa, narrant la vie du Christ et de Santiago. Depuis la chaire richement décorée de cette église, Saint Vicente Ferrer reussit en 1405 à enflammer les esprits des fidèles jusqu'au point de les mener à occuper et christianiser de force la synagogue aujourd'hui connue comme Sainte Marie la Blanche.

Dans cette église est conservée l'image procédant de l'Ermitage de la Vierge des Laissés-pour-compte -Virgen de los desemparados. Les restaurations et ouvres d'urbanisme de la seconde moitié du XXème siècle laissèrent l'église exempte, libre des constructions adossées au cours des siècles, qui faisaient union avec la Porte Bisagra

Este sitio usa cookies de navegación, que recogen información genérica y anónima, siendo el objetivo último mejorar el funcionamiento de la web. Si continuas navegando, consideramos que aceptas el uso de cookies. Más información sobre las cookies y su uso en POLITICA DE COOKIES